lundi 29 avril 2013

Le Cercle Littéraire des Amateurs d'Epluchures de Patates (Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows)

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant. Jamais à court d'imagination, le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d'humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d'autres habitants de Guernesey , découvrant l'histoire de l'île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l'impact de l'Occupation allemande sur leurs vies... Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l'invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.
 
Le Cercle Littéraires des Amateurs d'Epluchures de Patates.
C'est un titre un peu long, non?
Ouais, mais il reste intriguant, selon moi.
Surtout quand on apprend dans le livre qu'il a été en quelque sorte coupé! Il est beaucoup plus long en vrai... Hihi!
 
Il s'agissait de la deuxième fois que je lisais ce roman. Je l'avais demandé à Noël, en ayant gardé un superbe souvenir, un des premiers livres que j'avais lus au CDI de mon lycée, et qui m'avait permis d'ouvrir le dialogue avec la documentaliste qui me conseillait ensuite judicieusement. Bref, je raconte ma vie. xD
Je dois avouer que cette seconde lecture confirme le souvenir que j'en avais gardé: il s'agit bien d'un coup de coeur.
 
Il est rare de trouver des romans entièrement écrits de manière épistolaire, soit en lettres. Le CLAEP (on va l'appeler comme ça, je suis une grosse feignasse, aujourd'hui!) en est un. Il ne contient que des lettres, des télégrammes ou même, à la toute fin... des pensées manuscrites d'un seul personnage.
C'est rafraichissant, je vous l'assure! Au travers de ces lettres plus ou moins courtes, nous découvrons des personnages uniques, au caractère généralement bien trempé, pour le meilleur, parfois le pire, et pour notre plus grand bonheur surtout!
 
Bon, je vais planter un peu l'histoire, pour que vous ne soyez pas totalement perdu. Promis, je fais vite.
Tout se passe juste après la Deuxième Guerre Mondiale. Juliet est une écrivaine qui a su égayer avec son humour les chroniques d'un journal londonien pendant les heures sombres de la guerre. Rire pour ne pas pleurer, en somme. Seulement, maintenant que la guerre est terminée, elle cherche un nouveau sujet de livre, puisque ses chroniques ont été réunies en un seul ouvrage par son meilleur ami éditeur, et que cela s'est avéré un franc succès.
C'est alors qu'un habitant de Guernesey, une petite île près des côtes françaises, mais anglaise tout de même (pensée pour moi-même: on ne peut pas être parfait, hélas), écrit à Juliet pour lui demander si elle connait Charles Lamb, car le livre qu'il possède de lui était auparavant à elle, il a trouvé son adresse écrite dans les pages.
Commence ainsi une discussion sur les livres, et sur Guernesey, et bien sûr, son étrange Cercle Littéraire, né pendant la guerre pour déjouer les Allemands, à cause d'un cochon rôti. Vous pensez bien que Juliet, ce caractère si fougueux, spontané et franc, cherchera à en savoir plus.
Elle va ainsi développer une correspondance avec tous les membres de ce Cercle, et bientôt, s'y rendra elle-même.
 
Aucune note de fantastique, ici, seulement l'histoire en ellê-même qui, sans élément surnaturel, nous accroche et nous rend la vie impossible. Pourquoi? Je l'ai lu en deux jours, et encore, sans me presser, alors imaginez l'addiction! Tout se lit tellement vite! Et je me suis tellement attachée, au fil de cette correspondance dont Juliet est le centre, à tous ces personnages! Des petites intrigues rigolotes, d'autres évènements qui le sont beaucoup moins, après tout, nous apprenons comment se déroulait la vie sous l'Occupation Allemande à cette époque sur l'île, ainsi qu'à Londres, et croyez-moi, ça n'avait rien d'un lit de roses, comme disent les anglophones.
Cependant, au travers des différentes épreuves que nous rencontrons, une chose reste indéniablement présente: l'espoir. Qu'il soit en Juliet, en Sydney, en Amelia, en Dawsey ou dans tous les autres, il est là, et il réchauffe le coeur.
 
Pour ça, la plume des deux auteurs est magnifique. Mûre mais fraîche, je l'ai trouvé totalement adaptée pour ce livre. Les petits secrets, les petits détails qui ont toute leur importance sont dévoilés au fur et à mesure, parfois des gestes simplement du quotidien, aussi... Tout est tellement réaliste. C'est aussi cela, qui m'a plu. Cette dose de réalisme, mais cette impression de se trouver dans un... pas dans un conte de fée, mais un peu une ambiance pareille.
J'ai même réussi, durant cette histoire, tout comme Juliet, à m'attacher à Elizabeth, que nous ne verrons pourtant pas directement. Elle... la manière dont tout le monde en parle, les souvenirs des uns et des autres, fichtre, j'aurais moi aussi aimé la connaître.
J'aurais aimé tous les connaître, même je crois les quelques gredins présents dans le bouquin (il en faut, que voulez-vous!).
 
Rien n'est coutumier, à Guernesey, tout l'est pourtant, et découvrir avec Juliet cette petit île a été un enchantement.
Le Cercle Littéraire des Amateurs d'Epluchures de Patates a fait naître des sourires sur mes lèvres, des gloussements dans le fond de ma gorge, des noeuds à ce même endroit, de la perplexité, de la douleur, de la confiance et même de la complicité et de la tristesse. J'ai vécu beaucoup de choses, j'aimerais pouvoir vivre tout ça à chaque livre, surtout avec une femme aussi raisonnablement originale que Juliet. Elle est un peu loufoque, parfois je me suis posée quelques questions à son encontre, néanmoins, je ne suis malhureueusement pas une référence à ce sujet, mais elle réfléchit beaucoup, je l'ai énormément appréciée. Comme tout le reste.
Diantre, je me répète.
Il est temps de clore cette chronique, même si c'est dur, comme j'ai eu du mal à quitter le livre et Guernesey et tous ses habitants, tous ceux qui ont gravité autour de son histoire.
Ce sera donc un coup de coeur et un 20/20 pour moi!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire