vendredi 9 octobre 2015

Le Souffle des Dieux (Vincent Portugal)

Tome 1 : La Magie Perdue

Chaque nuit, l’héritier du royaume s’échappe discrètement du palais pour vagabonder dans la citadelle. À quinze ans, Angelo utilise son imagination pour invoquer la magie et partir à l’aventure. Il se considère comme un prince rebelle, mais sa double vie n’est pas le seul secret qui le menace.

Les Filles de la Lune veillent. Une prophétie annonce le retour d’une magie disparue depuis des millénaires : un mystérieux pouvoir caché dans l’âme de deux enfants.
Ces Élus ne doivent pas se rencontrer sous peine de réveiller le Souffle des Dieux… pour le meilleur et pour le pire.

Ça faisait des mois que j’avais envie de lire ce Valentina, et heureusement pour moi, la version numérique a fini par sortir ! J’ai pu me plonger dans cette pépite !

Le prince Angelo s’échappe toutes les nuits du palais pour vivre une vie d’ado normale, sauf que ses escapades vont le mener sur des sentiers dangereux qui l’amèneront à en découvrir bien plus sur lui-même qu’il ne pourrait se l’imaginer. Et s’il était bien plus que ce qu’il croyait ? S’il était au centre de quelque chose qui ne peut que le dépasser ?

Difficile de faire un résumé sur un tel bouquin. Parce qu’en fait, le roman en lui-même est fait de plusieurs découvertes, d’une histoire et d’un univers qui se dévoilent au fur et à mesure aux yeux du lecteur.

La première chose que vous pouvez remarquer en commençant le premier tome du Souffle des Dieux, c’est la plume. Très maîtrisée, juste et qui donne vie à un personnage de 15 ans sans que celui-ci ne fasse ni trop adulte, ni trop enfant. C’est juste parfait dans son rôle, dans la maturité qu’il peut posséder… il y a de quoi être admiratif. Je le suis, d’ailleurs.

Sans compter que très vite, j’ai retrouvé des éléments dont j’avais pu discuter avec Vincent Portugal (c’est chouette de rencontrer les auteurs, je vous assure, ça apporte une autre profondeur à votre lecture !), notamment la construction de son récit : on se sent très vite embarqué dans un récit parfaitement maîtrisé. Il n’y a pas de dérive. Il y a une certaine addiction, couplée d’une impression que l’auteur sait parfaitement où il va et il vous y emmènera par ses mots. Vous n’imaginez pas comme c’est chouette, à ressentir !

Rapidement, aussi, tout un chacun peut constater que ce nouvel univers est fascinant, incroyablement nouveau et original et pourtant… familier ! On y retrouve des éléments communs à notre monde et j’ai trouvé ça amusant. Tout est savamment mélangé et c’est appréciable ! Je n’ose d’ailleurs même pas imaginer l’étendue de cet univers en réalité. Ça doit être fantastique. Rassurez-vous : aucun détail n’est laissé au hasard, encore une fois, vous plongez dans quelque chose de très pointu !

Les personnages ? Angelo est juste un héros que j’ai énormément apprécié de suivre. Son caractère un peu buté, peu conformiste et adepte de l’humour ne pouvait que me plaire. Ses réflexions m’ont vraiment intriguée, et j’ai pris plaisir à le découvrir. Il n’apparait pas de fausse note dans ce registre. D’ailleurs, pour être honnête, je ne vois pas de fausse note dans ce roman, ce qui est… génial.
En dehors de ceci, tous les personnages secondaires sont bien construits. On suit essentiellement Angelo, mais sa mère a un rôle important, Rébus aussi (j’ai trippé sur Robulus et Rébus, je suis désolée, mais franchement… aha), ainsi que d’autres que l’on retrouve plus ou moins régulièrement. Tous paraissent extrêmement réalistes et crédibles, et on peut s’attacher à eux facilement (ou pas, ça dépend du caractère…).

L’intrigue ? Elle n’est pas pleine d’action et de combats magiques comme on peut parfois s’y attendre. Non, là, on évolue dans des sphères plus politiques, plus psychologiques, et pourtant, la magie a largement sa place. Je ne saurais réellement vous expliquer tout ceci sans spoiler à mort, dites-vous cependant qu’il y a peu de chances que vous vous ennuyer dans ce premier tome. Il y a un petit quelque chose qui vous donne envie de continuer, tout le temps ! Ça vous happe, que vous le vouliez ou non ! C’est trop bien, c’est tout !

J’ai énormément apprécié les réflexions sur divers sujets qui sont développées dans le roman. On parle d’écologie, de valeurs, de vérité et d’honnêteté, mais aussi de politique… c’est vraiment un savant mélange de plein d’éléments. Dans un ensemble qui sait rester à portée ! Parce qu’à travers Angelo, ça devient accessible. Petit clin d’œil aux réflexions sur la religion, que j’ai trouvées très intéressantes !

En conclusion, ce premier tome est une franche réussite à mes yeux. J’y ai trouvé un personnage que j’ai énormément aimé suivre, que je prendrai plaisir à revoir dans la suite. Même si la fin n’est pas atroce comme pour d’autres romans, il n’en reste pas moins que l’envie d’en savoir plus est présente ! L’univers, l’intrigue et les personnages sont très bien construits, donnant au lecteur l’impression qu’il peut se laisser conduire sans souci. Il perçoit très vite la qualité dans l’écrit qu’il a entre les mains !
Pour un premier roman, c’est du très, très bon ! Et pour moi, ce sera un 18/20 ! Bravo, Vincent, et vivement le 2 !


Tome 2 : Le Chant des Djinns 



Le temps d'une nuit de rage, les phénix se réveillent pour libérer la magie des Astres. Ils traquent les héritiers d'un dieu disparu pour dévorer leur pouvoir millénaire.

Les deux Élus agissent avec prudence. Ils partagent une magie puissante mais indomptable. Doivent-ils y renoncer avant de commettre l'irréparable ?

Leur seul espoir est de trouver leurs Talismans Totems sur une île peuplée de djinns malicieux. Ces génies pourraient les guider à condition de surmonter une série d'épreuves initiatiques... et de déjouer les pièges qui les attendent.

Comme il y a peu, j’étais en pleine pénurie de lecture en vacances, j’ai aussi sauté sur l’occasion pour me procurer une suite qui me faisait envie depuis sa sortie !

Le Chant des Djinns nous présente cette fois Amira (alors que nous suivions Angelo dans le tome 1), deuxième élue du Souffle des Dieux. Depuis sa rencontre inattendue avec le prince du Royaume Végétal, sa vie a totalement changé. Elle est passée au premier plan dans bien des situations, et se retrouve aussi désormais la cible de nombreux complots qu’elle ne soupçonne pas. Il en va de même pour Angelo, qui lui, refuse cet héritage et ces pouvoirs. Voici pourtant venir le temps où ils devront partir en quête de leurs djinns… et la tâche promet d’être ardue et pleine de surprises.

Pardon pour les spoils et les révélations, même si, entre nous soit dit, vous êtes encore bien loin des surprises que le livre nous apporte. Comme pour le premier opus, je suis tout à fait enchantée de constater que Vincent Portugal a réussi le tour de force d’inclure un monde de fantasy très riche, à développer (ou complexifier) une intrigue profonde et à nous rendre le tout accessible dans un si petit roman. Parce que le tout ne doit pas faire 300 pages ! Rendez-vous compte !

En ouvrant le livre sur ma liseuse, j’ai éprouvé un grand plaisir à retrouver la plume de Vincent Portugal, bien qu’il m’ait fallu un petit temps d’adaptation pour l’univers. Je ne m’attendais en effet pas à ce que nous suivions tout par les yeux d’Amira, qui m’a semblée très très mature et sans frivolité, malgré tout. En même temps, vu ses responsabilités et le contexte dans lequel elle a évolué, ça peut se comprendre. Elle fait quand même très adulte par rapport à Angelo qui fait sa crise, et on peut le comprendre, malgré tout. Je ne dis pas qu’il ne m’a pas fait grincer des dents, mais je ne pouvais pas lui jeter la pierre non plus.

Je me souvenais d’un univers très accessible, mais très riche, traversé de questions sur l’environnement, politiques, économiques… et religieuses. La religion a une valeur et un poids beaucoup plus important dans le tome 2, et c’est bien amené : il y a la notion de tolérance, mais aussi de foi, de confiance, de choix… des choses importantes à lire dans nos sociétés actuelles. Toutes les questions et les problèmes suscités dans cette suite pourraient d’ailleurs être à un moment ou à un autre transposées à notre quotidien et à la façon dont nous percevons le monde actuel.

Hormis ceci s’ajoute une quête, une magie qui renaît tout à fait fascinante. Le monde de la saga du Souffle des Dieux est incroyablement développé et on s’y croit, vraiment. Notre auteur a aussi le don de nous y transporter et de nous faire rêver. La magie Végétale, Calorique… la poésie des ordres… tant de merveilles qui me subjuguent toujours ! Moi qui suis fan de fantastique, cet aspect-là m’a beaucoup convenue, pour ne dire que ça !

En plus de tout ça, on voit la trame de l’intrigue prendre une nouvelle forme, se déployer et on constate toutes les conséquences, toutes les responsabilités à prendre, tout ce qui émerge enfin de ce que nous avions seulement aperçu dans le premier tome. Et je peux vous dire que ce qui nous attend doit être assez gigantesque ! Je n’ose même pas imaginer la place que ça doit prendre dans l’esprit de son auteur, pour être honnête ! C’est tellement énorme ! Et on sent le travail, le fait que les choses ont été pensées pour ne pas être vacillantes. C’est vraiment appréciable.

Je vous ai déjà un peu parlé des deux héros de l’histoire, auxquels s’ajoutent de nombreux personnages secondaires ayant chacun une personnalité unique. C’est aussi un des gros points forts de l’histoire ! Je ne parle même pas de la réaction violente d’Angelo, contrastée par la foi d’abord hésitante puis convaincue d’Amira, qui n’avance cependant pas de façon aveugle (pardon pour le mauvais jeu de mots, ceux qui auront lu comprendront). Les divergences des deux les rendent d’autant plus convaincants. Et puis, tout nous paraît réaliste : qui accepterait d’être un élu alors qu’il doit déjà gouverner un royaume et que cette idée nous plait ? Qui refuserait un don pareil alors que la vie était médiocre avant ? Tout est pensé et continue, nous, lecteurs, de nous embarquer.

En conclusion, puisque je me lance dans des propos quand même bien profonds et critiques, quand même, Le Chant des Djinns est une nouvelle réussite pour moi. J’avais peur d’avoir du mal à réintégrer l’univers, à tout comprendre, mais là encore, tout est étonnamment accessible et limpide, quand on lit cette saga. On découvre une intrigue incroyable, un univers peuplé de merveilles, qui ne peut que nous charmer, avec des personnages uniques aux réactions réalistes. De quoi nous donner envie de plonger dans le tome 3, sitôt qu’il sortira !
Ce sera donc un 18/20 pour moi et un grand bravo à toi, Vincent ! Chapeau bas !
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire