jeudi 22 juin 2017

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard (Laetitia Constant)

À vingt-sept ans, Fauve est une jeune femme dynamique. Gérante d’un haras atypique niché dans la forêt landaise de Gascogne, elle y exerce avec passion le métier de chuchoteuse. Elle soigne des chevaux traumatisés, tout en donnant des cours d’équitation responsable aux enfants.
C’est alors qu’une lettre de la mairie vient tout menacer : son terrain vient d’être acheté par une société immobilière qui veut l’expulser.
Non, elle n’a pas tant donné pour tout perdre aussi bêtement !
Elle se rend directement au siège de cette société traîtresse… pour découvrir que l’homme à la tête du projet n’est autre qu’un odieux personnage, arrogant et coureur, qu’elle a déjà eu le malheur de rencontrer. Le voici, semble-t-il, décidé à détruire sa vie. Pour qui se prend-il ?
Fauve ne se laissera pas faire !
Et la guerre est déclarée.

Et c’est parti pour une nouvelle chronique sur un roman qui m’a bien emballée !

Ce roman au titre un peu long mais accrocheur nous embarque auprès de Fauve, une jeune femme dynamique qui possède son haras en Gascogne, avec sa meilleure amie. Elle y soigne les chevaux traumatisés. Lorsqu’elle prend, bon gré mal gré, des vacances, elle n’imagine pas qu’elle va rencontrer un homme qui va entraîner sa chute quelques semaines plus tard. Sauf que Fauve est prête à se battre, et qu’elle ne se laissera pas faire… surtout pas par lui !

Je ne sais pas vous, mais entre le titre, le résumé et la couverture (signée Diglee ! On reconnaît son style !), difficile de résister à l’appel de cette lecture ! J’ai plongé avec bonheur dans cette nouvelle romance qui m’a plu et m’a aussi surprise de bien des façons.

Nous faisons la connaissance de Fauve, passionnée d’équitation, et qui a réalisé son rêve de posséder son propre haras pour venir en aide aux chevaux en détresse. C’est une jeune femme très intéressante, qui nous ressemble un peu à toutes : elle a son caractère (ah ça, elle vient de Gascogne, ça se sent !), ses forces et ses faiblesses, et un humour auquel il est difficile de rester insensible. Si elle sait se battre, elle arrive aussi à reconnaître ses faiblesses et il lui arrive de trébucher. Point d’héroïne parfaite ici, mais une héroïne humaine avec une détermination remarquable !

Dès le début du roman, nous sommes embarqués dans une dynamique qui est à la fois prenante et rafraîchissante. Moi qui ne suis pas très fana de l’univers équestre, j’ai apprécié ce que j’ai découvert, et je me suis vraiment prise dans l’histoire. Quand le haras a été menacé, je voulais me battre avec Fauve pour le sauver. Mais avant cela, on plonge dans les vacances de Fauve… qui ne se dérouleront pas comme prévues, enfin, pas tout à fait.

C’est là que les choses intéressantes commencent : parce que si le haras est menacé, et que l’injustice nous révolte, alors qu’on assiste, impuissants, à ce qui se produit/produira dans l’intrigue… nous faisons la rencontre du héros masculin de l’histoire. Enfin, héros… il a tout du parfait co… bref, celui-là, on lui filerait bien quelques baffes. Il est superbement beau, mais niveau caractère, et comportement, c’est un profiteur. Ce qui est très intéressant, c’est que Fauve est consciente de l’attirance qu’elle éprouve pour lui, mais par respect pour ses principes et parce qu’elle réprouve totalement ce qu’il suggère et sa façon d’agir, elle va lutter. C’est grave bien, des héroïnes qui se battent comme ça !

Bon, bien évidemment, il n’y aurait pas de romance s’il n’y avait que la lutte. Il y a rapprochement, crises de nerfs, attirance palpable… bref, tous les ingrédients d’une romance. Avec la complexité que j’ai soulevée et qui m’a beaucoup plu. Ceci dit, et c’est là la seule ombre sur mon tableau, c’est que finalement, on ne sait pas pourquoi il se comporte ainsi. Il y a très peu d’explications, et si certains points sont abordés, d’autres sont passés sous silence. La fin m’a laissée frustrée, sans réponses, même si elle est choupinette.

Au niveau de la plume, Laetitia Constant maîtrise bien son histoire et elle sait doser son humour. Elle réussit à offrir un vrai souffle de vie, de réalisme à ses personnages, et on a vraiment l’impression d’être avec Fauve dans ses aventures. Elle croque des personnages intéressants, des situations originales mais aussi réalistes, renseignées, qui font que le lecteur n’a pas envie de lâcher le bouquin. Personnellement, je l’ai lu d’une traite ou presque !

Ah oui, avant de passer aux valeurs, une chose que j’ai beaucoup appréciée dans l’intrigue, c’est la diversité des lieux. Nous ne sommes pas toujours au haras, et vraiment toutes les solutions sont envisagées pour contrer la décision/menace qui plane sur le rêve de Fauve. Ça entraîne beaucoup de choses, et on a une réelle sensation de mouvement, de dynamisme, encore une fois !

Parlons maintenant des messages du roman. De fait, comme je l’ai déjà souligné, Fauve est un personnage génial parce qu’elle résiste à son attirance physique pour le personnage masculin de l’histoire. Elle se base sur ses principes et se bat pour ses rêves, c’est vraiment chouette ! Après, nous avons aussi beaucoup d’autres choses qui ressortent, l’honnêteté, notamment, qui se lie avec l’amitié et le soutien, mais aussi la persévérance pour aller voir au-delà d’une carapace qui pourrait repousser. Même si pour moi, il me manque des réponses, il y a de très beaux messages dans cette histoire, c’est indéniable !

En conclusion, Celle qui murmurait à l’oreille du mec en costard est une petite romance contemporaine qui m’aura fait voyager. C’est un récit dynamique, avec de l’humour bien dosé, qui se lit d’une traite si on en a la possibilité. Fauve est un personnage déterminé (pour ne pas dire têtu), qui incarne de belles valeurs et suit ses principes, même quand l’attirance devient très forte. Toute l’intrigue est prenante, et on finit sur une jolie note, après des remous qui vous secoueront. Mon seul regret ? Des questions sans réponses, une fois la dernière page tournée… mais je ne regrette pas, c’était vraiment une lecture sympathique et assez originale !
Ce sera donc un 16/20 pour moi, et je vous le recommande !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire