mercredi 7 janvier 2015

The Moment of Everything (Shelly King)

Maggie Duprès, récemment «involontairement séparée de la masse salariale" à Silicon Valley, passe ses journée au Dragonfly, une librairie de livres d'occasion. Lorsqu'elle a l'opportunité de travailler dans un book club, Maggie n'hésite pas, même s'il faut lire en une soirée L'Amant de Lady Chatterley, un livre qu'elle n'a pas rencontré depuis le collège. Mais au lieu de trouver une version moderne du roman, Maggie trouve une vieille édition hardcover, où les pages sont remplies d'annotations entre deux amoureux. Dans sa recherche concernant leur histoire, Maggie va aussi se découvrir et ce qui l'attend est aussi surprenant qu'inattendu...
(traduction par Mirrorcle World )

Bon ! On se secoue et on se met au travail. Il est temps de vous parler de The Moment of Everything !

Maggie est une jeune femme qui cherche du travail après avoir été gentiment remerciée de son ancien poste. En attendant, elle passe ses journées à lire des romances dans une librairie renfermant de vieux bouquins, le Dragonfly, géré par son ami Hugo. Sauf qu’un jour, Dizzy, son meilleur ami, lui propose d’aller sauver la réunion d’un book club qu’une de ses collègues tient. Il s’agit là de l’occasion parfaite pour Maggie de renouer des liens et ainsi d’avoir une chance de réintégrer un boulot. La condition ? Lire L’Amant de Lady Chatterley pour le lendemain. Sauf qu’Hugo offre à Maggie une version ancienne, dans laquelle deux amoureux – Catherine et Henri – se sont écrits… plongeant au cœur de leurs échanges, cherchant à en apprendre plus sur eux, à découvrir comment tout a terminé, Maggie va voir sa vie être chamboulée d’une manière légèrement surprenante…

J’avais repéré ce livre grâce à Mirrorcle World, et j’ai craqué sur la couverture. Le résumé m’avait bien attirée, je n’ai pas tellement plus hésité et je l’ai commandé.

J’ai eu peur, après quelques pages, de m’être un peu trop emballée. J’ai découvert une histoire avec un niveau de langage en anglais un peu plus élevé que celui auquel j’étais habituée et ça m’a un peu refroidie. Puis, au fur et à mesure des pages, j’ai commencé à moins craindre de ne rien comprendre et je me suis immergée dans l’histoire de Maggie.

Maggie… je dois dire que j’ai eu quelques difficultés avec elle. Son caractère, ses envies, pendant la première partie du livre, m’ont un peu dépassée. Je ne me retrouvais pas en elle, j’avais des difficultés à la suivre et à adhérer à son univers. Certaines choses se passaient vite, d’autres me laissaient perplexes, puis… elle a vu sa vie changer au fur et à mesure, pas seulement à cause de Catherine et Henri, mais à cause d’autres points, et là, je me suis prise d’affection pour elle. Je ne sais pas si je partirais en vacances avec elle, cela dit !

À défaut de trouver en Maggie un personnage que j’aurais vraiment apprécié du début à la fin, j’ai pu observer peut-être un peu plus les personnages secondaires ainsi que l’ambiance du livre. Hugo fait partie de ceux dont je garderai le meilleur souvenir. J’ai aimé son air bonhomme et tranquille, sa sagesse… et à l’inverse, j’ai beaucoup aimé Jason qui passe pour un geek qui ne sait qu’être asocial et qui finit par bien s’entendre avec Maggie. Ceux qui m’ont légèrement agacée ? Dizzy. Mmmph, celui-ci, parfois, je lui aurais bien collé une baffe ! C’est dommage parce que je l’aimais bien au début, mais… mais son comportement et ses choix m’ont énervée. Pareil pour Avi, que j’ai trouvée un peu plus amicale un moment donné, mais qui n’a pas su rester dans mes faveurs, hélas !

An niveau de l’ambiance, je me retrouvais bien dans le Dragonfly. Une librairie croulant sous de vieux livres, des employés assez atypiques… c’était bien maîtrisé, et ce sont les moments qui nous transportaient dans une autre époque, dans ces endroits où l’on oublie tout, que j’ai le plus apprécié le livre. Oui, parce qu’il y a des moments où Maggie racontait des souvenirs, réfléchissait, et j’avais l’impression de me retrouver quelque part au milieu d’autres histoires particulières, comme dans le Dragonfly. Je ne suis pas certaine d’être merveilleusement compréhensible, on fera néanmoins avec.

Concernant la plume de Shelly King, elle est très sympathique. J’ai souvent ri face aux répliques qu’elle donnait à ses personnages, et même si l’attachement émotionnel n’était pas au rendez-vous (y compris pour les différents aspects de la romance), les descriptions qu’elle tirait et la manière qu’elle avait d’amener différents points, différentes situations, m’ont permis de vraiment m’immerger dans son histoire. Je m’y voyais et il n’était pas difficile de se représenter les personnages ou les lieux.

Un gros point positif à relever, c’est que certains éléments qui peuvent vous paraître un peu étranges au départ prennent tout leur sens par la suite. C’est pareil pour ce qui paraît précipité, c’est juste que Maggie n’en a pas encore l’explication. Henri et Catherine vont pas mal influencer sa vie pendant quelques semaines… et même après. Je ne vous dirai pas comment, mais tout ce que Shelly King a construit autour de tout ceci était original, et je ne regrette pas d’avoir laissé sa chance à ce livre. Après un départ mitigé, j’ai fini par apprécier ma lecture et par me laisser attendrir par ce qu’il contenait.

Du coup, The Moment of Everything me fait réfléchir, de mon côté. Je ne verrais presque plus les livres de la même manière et j’aurais presque moins envie d’acheter des livres neufs… j’ai dit presque, mouaha.

En bref, même si j’ai pas réellement su m’attacher aux personnages, ils ont fini par me plaire, leur histoire m’a touchée au moins un peu et j’ai beaucoup apprécié l’ambiance de ce livre, qui est un peu « la vie court à une vitesse folle, mais prends le temps de regarder, prends le temps de lire » et ça fait aussi du bien ! La deuxième partie du livre, où Maggie voit le plus sa vie chambouler, est la partie que j’aurai le plus apprécié, parce qu’elle aura mis en lumière la première d’une manière intéressante. Même si la romance ne m’aura pas convaincue, j’avoue qu’elle laissera une marque dans mon esprit et que je finis par la trouver différente, en bien, vraiment.
Donc une petite lecture en VO agréable, qui laissera sa petite marque… ce sera un 15/20 pour moi !

1 commentaire:

  1. j'ai bien aimé.. à lire sous la couette avec un chocolat chaud :)

    RépondreSupprimer